Le principe des compensations écologiques

Les projets d’aménagement provoquent presque toujours des nuisances à l’environnement car ils génèrent une destruction des habitats de la faune et une dégradation de la qualité des sols, la fragmentation des espaces et la pollution.

C’est quoi un projet d’aménagement ? Une implantation au sol ou dans le sol d’une construction, d’un équipement servant à la production de bien et de service à la société. La gare du Grand Paris à Villejuif est un exemple frappant.

La destruction des habitats peut engendrer une diminution des effectifs ou encore une disparition totale des espèces (extinction).

La linotte mélodieuse fait partie du cortège des especes disparues au parc des Hautes Bruyère suite à l’implantation de la gare.

La destruction des habitats (perte de m2 de surface utile pour la survie de l’espèce)peu être compensée ou partiellement compensée par la création d’habitat ou la recréation de surface égale en m2. Mais ces espaces sont souvent des pièges écologiques car les dérangements peuvent surgirent en raison d’une gestion inappropriée.(coupe des haies, fauche trop fréquentes) ou d’événement inattendus, (fêtes, sport…). Ces éléments sont perturbants et aboutissent à des échecs de reproduction.

Les impacts à l’environnement sont d’abord atténués par des réglementations comme l’évitement, la réduction et enfin la compensation. Eviter, réduire, compenser.

On l’appelle la séquence ERC.(voir la vidéo)

A suivre : Augmenter les réponses écologiques.

Vidéo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s