Parti sans laisser d’adresse !

Et si certaines espèces comme la bergeronnette des ruisseaux restent dans nos quartiers en hiver, d’autres nous ont définitivement quitté. Dans le parc des Hautes Bruyères, trois espèces nicheuses ont ainsi disparu de nos inventaires en moins de 5 ans. Le premier c’est le bouvreuil pivoine (Pas d’image) dont ma dernière observation d’un couple date de 2015, dans un délaissé envahi de buddléia. Puis ce fut la linotte mélodieuse alors que commençait les travaux du Grand Paris dans le parc des Hautes Bruyères. Une compensation a eu lieu mais elle a bénéficiée à d’autres territoires. On en sait pas plus ! Sur les photos du dessus, prises en 2018 dans les jardins familliaux tout semblait pourtant en harmonie.La linotte mélodieuse ne niche plus aux Hautes Bruyères.

Mauvaise nouvelle !

Au printemps le Moineau friquet n’est plus au rendez-vous.